Apprendre dans le tourisme : vive les MOOC, exit l’e-learning !

by filed under Best practices.

Mise à jour de cet article, publié d’abord en juin 2014.

Les MOOC, Massive Online Open Course, est un mot à la sonorité drôle en français. C’est pourtant quelque chose de tout à fait sérieux, car le MOOC désigne des formations on ne peut plus réfléchies sur des matières académiques aussi prestigieuses que la microbiologie, la génétique, les mathématiques…

 

MOOC en français donne CLOM, cours en ligne ouvert et massif, ce qui est ni plus ni moins une formation en télé-enseignement. Les participants aux cours, enseignants et élèves, sont dispersés géographiquement et communiquent uniquement par Internet. Le terme « massif », quant à lui, est lié au grand nombre de participants : dans le monde anglophone, il peut y avoir plus de 100 000 personnes réunies pour un cours.

Les MOOC sont en train de révolutionner l’enseignement et l’apprentissage. L’idée et l’acronyme lui-même ont été inventés par des universitaires canadiens, en 2008, enthousiasmés à l’idée de pouvoir transmettre leur savoir sans aucune barrière de distance, de culture, de nationalité. Car le MOOC est diffusé en ligne et qui dit Internet, dit la planète entière.

 

 

Les MOOC sont en train de révolutionner l’apprentissage car ils sont :

  • vivants : le professeur est filmé en train d’enseigner, ce qui donne l’impression d’être en contact direct lui
  • bien structurés et scénarisés
  • courts, faciles à inscrire dans un agenda, accessibles depuis un ordinateur, tablette ou un mobile, dépouillés (les compléments sont accessibles en hyper liens)
  • très opérationnels, ils apportent des solutions concrètes à des problèmes pointus
  • créés dans des temps courts
  • peu coûteux (coût faible par personne formée)…

Après les universités, les entreprises s’emparent aussi de cette nouvelle façon d’apprendre et surtout d’apporter des réponses pertinentes à toute une panoplie de besoins des salariés et des métiers mal servis par la formation ou l’e-learning traditionnels.

Car souvent, les formations e-learning sont trop longues, linéaires, peu attractives… D’après l’étude de Féfaur-ANDRH “Comment on apprend en entreprise” : 82% se fait en présentiel, 22% en réseaux/communautés de pratique, 20% en colloques et 16% seulement en e-learning.

Dans le tourisme, l’e-learning s’est développé depuis plusieurs années.

Et les MOOC ? La révolution est en marche et ils ne vont pas tarder. Exit l’e-learning ! Vive le MOOC !

Vos commentaires ? Etes-vous d’accord ? Pas d’accord ? Nous sommes curieux de connaître vos avis ! A noter ici, juste ci-dessous. Et pour mieux comprendre vos besoins en formations vidéo en ligne, répondez à ce sondage rapide, en cliquant ici. Merci !

 

Si vous êtes à Paris le 8 avril 2016 et aimerez savoir plus sur les MOOC, venez au petit déjeuner que nous organisons à l’hôtel Banke, près de l’Opéra. Pour s’inscrire, un click ICI

 

Pti dej MOOC

 

 

4 Responses

  1. chansiaux Reply

    Vive les MOOC ! J’en ai suivi un en 2014 suis le “media story telling” avec l’Université de Bordeaux – 250 participants – A noter, la particularité des corrections et des notations par les apprenants eux-mêmes comme faisant partie intégrante de l’activité et de la pédagogie. (Chacun corrige trois copies et est donc noté par trois pairs – le prof n’intervenant qu’en cas de conflit ou de dispersion des notes )

    • The Travel Experts Reply

      Etre évalué par les autres élèves est très stimulant. Dans nos MOOCs nous n’avons pour le moment aucune évaluation. Une idée à prendre en compte dans la conception des prochains. Merci, Michel.

Trackbacks/Pingbacks

  1.  Se former dans le tourisme, vive les MOOC, exit...
  2.  Marketing destinations: 20 outils pour attirer des touristes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *