Y a-t-il des prospectivistes dans le travel ?

par déposé en vertu de Stratégies.

La prospective est une démarche noble car son but est de nous préparer aujourd’hui à demain.

Il ne s’agit pas de la divination ou de la futurologie : la prospective ne prévoit pas l’avenir.

La prospective synthétise les risques et élabore des scénarios temporels sur la base des données, comme les tendances lourdes, des intuitions liées aux signaux faibles (précurseurs de l’avenir), des analyses rétrospectives, de la mémoire et de la socio psychologie : «si l’histoire ne se répète pas, les comportements humains se reproduisent» (Michel Godet, Crise de la prévision, essor de la prospective : Exemples et méthodes (Collection Sup).

Ces scénarios sont des outils d’aide aux décisions stratégiques grâce auxquels les dirigeants prennent la voie de l’entreprise 4D, celle qui est déjà dans le futur. Voilà en bref pour la théorie.

Quelle sera l’industrie du voyage et du tourisme demain ? Comment nous y préparer ? Y-a-t-il des travel prospectivistes ? Que disent-ils ?

Dans son livre « Tout savoir sur… Le Marketing de l’incertain: Méthode agile de prospective par les signaux faibles et les scénarios dynamiques », le prospectiviste Philippe Cohen, y consacre 2 pages. Il donne l’exemple d’un industriel sur un marché très concurrentiel, qui a besoin d’innover sur un produit dont le marché est centenaire et sur lequel l’industriel est parmi les leaders. Grâce à la méthode prospectiviste, l’industriel réussit à définir 10 innovations de rupture ; s’en suit un travail sur les investissements financiers et humains, les risques commerciaux et industriels sur six idées envisageables pour en retenir à la fin quatre. L’industriel en espérait au départ une à deux. Aujourd’hui il est confiant : il restera la référence de son marché car il a une vision de son futur.

L’OMT, l’Organisation Mondiale du Tourisme, est très optimiste pour l’avenir du tourisme : il y a actuellement plus d’un 1 milliard de touristes par an et la croissance est en moyenne entre 4 et 5%. Trois pays européens, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Russie, figurent parmi les cinq principaux pays émetteurs de touristes, devancés par la Chine et les États-Unis.